Ne ratons pas le train !

« Nous  sommes en train de faire à l’industrie ce que la transaction virtuelle a fait au monde financier »

«  Dans tous les pays émergents, après avoir été les usines du monde, les sociétés sont en train de sauter à l’étape suivante : devenir une force d’innovation et non plus une force de travail. Une vraie question se pose alors pour des sociétés plus  matures : si le facteur essentiel n’est plus le coût marginal du travail mais la capacité à innover, alors nous avons raté une étape pour n’avoir pas cru  que ce serait «  notre tour »

« Mes clients sont des entreprises où  se pose la problématique de la construction de demain. C’est cela l’innovation «

«  De même que la littérature a fondamentalement élargi la société dans sa réflexion, le monde virtuel agrandit le monde physique »

« Le coût du travail devient un facteur marginal. Nous allons rater une étape si l’on ne réagit pas »

« Notre priorité est d’aller là où est le savoir et non pas là où il y a le moindre coût «

«  Notre critère de différentiation sera la capacité des personnes à innover dans les différents domaines scientifiques »

«
(Le nouvel Economiste )n°1550 Cahier n°2 du 20 au 26 janvier 2011

Une Réponse to “Ne ratons pas le train !”

  1. GANCEL Says:

    Cher François,
    Mon travail en ce moment consiste à chercher où se trouve l’innovation.
    Etrange n’est-ce pas.

    Benoît

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :